0

Le Gari : nourriture estudiantine en Cote d’Ivoire

Le Gari est une nourriture réputée en milieu universitaire. Il a un prix très abordable et peut durer pendant des mois sans que l’étudiant ne fasse d’autres commandes. Pourquoi le gari est considéré comme une nourriture universitaire ? Il est temps d’éclairer ce sujet.

Le gari ou encore riz cassé des étudiants en Cote d’Ivoire est une nourriture à base de manioc. En fait, c’est après avoir traité le manioc qu’on fait ressortir le gari.

Le gari est l’un des mets très simple à la préparation. On le met dans de l’eau en petite quantité surtout car il prend du volume une fois dans l’eau. On attend qu’il monte jusqu’à ce que les grains deviennent mous. Si après sa montée l’eau se trouvant la dessus est de trop, on la diminue jusqu’au niveau du gari.

Ensuite, on ajoute du sucre et par le vouloir, du lait.

Par ailleurs, le gari se vent à 250fr par la grande boite de tomate de deux kilos, en fonction de la zone. Avec une boîte, l’acheteur peut faire une consommation de deux semaines, voire plus. Cela va dépendre toutefois de la façon dont il consommera le mets.

POURQUOI CE PLAT EST RELIÉ A LA DES ÉTUDIANTS EN CÔTE D’IVOIRE?

Les étudiants préfèrent ce plat au détriment de d’autres plat en Cote d’Ivoire justement parce qu’ils n’ont généralement pas le choix.

En fait, en Cote d’Ivoire, la bourse n’est pas octroyée à tous les étudiants et on sait que beaucoup vivent dans des situations de précarité. Quand l’argent qu’ils reçoivent des parents n’est pas assez, ils préfèrent le mettre dans le gari pour ne pas crever de faim.

Le gari rassasie bien et peut faire des heures et des heures dans le ventre. Et avec le gari près d’eux, les étudiants ne craignent plus la faim et également, ils trouvent de l’énergie pour pouvoir étudier.

Aussi, il est possible de faire de l’Atieké avec du gari. On asperge le gari progressivement. On le suit dans sa montée sans qu’il ne soit trop mou. Une fois bien détaché, on ajoute les ingrédients de l’Atieké et le tour est joué.

Combien de vie le gari a sauvé dans les universités publics de Cote d’Ivoire ? Combien de vie le gari a sauvé dans des grandes écoles comme dans des lycées.

Donc, les étudiants et même les élèves ne finiront jamais de remercier le gari pour tout son apport à leur endroit.

Lire aussi : L’arachide à la banane braisée : un plat de résistance ivoirien

Utchiwa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
18 × 3 =