0

Côte d’Ivoire : Soro Guillaume réagit au départ d’Alphonse Soro et de Thérèse Ouattara du parti

Le président de GPS, Guillaume Soro, marque son optimisme en l’avenir. Il s’explique avec assez de philosophie les défections dans les rangs du mouvement qu’il dirige.

C’est avec beaucoup de philosophie et de calme que le président de Générations et Peuples Solidaires (GPS), Guillaume Soro, a réagi à l’actualité au sein de son mouvement, ces derniers jours. « C’est l’hiver en Europe. C’est la neige qui tombe. Dans le lointain, l’arbre est dégarni. Et viendra le printemps. L’arbre verdira. A bientôt ! », a tweeté samedi soir, l’ancien président de l’Assemblée nationale exilé en Europe.

Ces propos emprunts d’un profond sens imagé ont été publiés, après la démission des rangs de GPS, d’Alphonse Soro, président de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) et Thérèse Ouattara présidente de Force démocratique de Côte d’Ivoire (FDCI). Après Méité Sindou qui a rejoint le camp Ouattara; ensuite le député Soro Kanigui, sorti de prison et qui a mis son mouvement, le RACI, au service du président Alassane Ouattara. Voilà que Guillaume Soro est lâché par ceux qu’il considérait jusque-là comme ses fidèles lieutenants.

En effet, Alphonse Soro, qui avait démissionné avec fracas de son poste de conseiller à la Primature sous l’ancien Premier ministre Amadou Gon Coulibaly (décédé en juillet dernier), a confirmé lui-même les bruits de couloir en annonçant la fin de sa collaboration avec GPS.

« En l’absence pour l’heure d’une offre politique susceptible de sauvegarder et de poursuivre la dynamique de développement entamée par le Président Alassane Ouattara ; l ‘Alliance nationale pour le changement (ANC) annonce la fin de toute collaboration avec le mouvement citoyen GPS (…), donne mandat à son Président à l’effet d’entreprendre toutes les discussions nécessaires en vue d’une alliance avec le Rhdp pour la construction d’une grande famille politique autour du Président de la République Alassane Ouattara », a annoncé, samedi, Alphonse Soro.

Après lui, et un peu plus tard dans la même soirée, ce fût au tour d’une certaine Thérèse Ouattara, présidente de Force démocratique de Côte d’Ivoire (Fdci), de claquer la porte de GPS, toujours avançant les mêmes arguments qu’Alphonse Soro.

Pastore

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
17 × 30 =