0

Côte d’Ivoire : Deux représentants de l’opposition sanctionnés par la CEI après leur réintégration

Le porte-parole de la Commission électorale indépendante (CEI), Émile Ebrottié, a annoncé, au cours d’un point presse,  ce mercredi 20 janvier 2021, la réintégration, après près de quatre mois d’absence, de Alain Dogou et Yapo Yapi, deux représentants de l’opposition ivoirienne en son sein. Mais en guise de sanctions, la CEI leur a retiré leurs zones de supervision électorale pour l’élection des députés du  mars prochain.

Pour « manquement grave » à leur serment. «Les commissaires centraux de la CEI prennent acte de la lettre d’excuse que les deux commissaires ( MM. Dogou et Yapo) leur ont adressé et décident dans leur volonté de contribuer à l’apaisement du climat sociopolitique et plus particulièrement celui qui entoure le processus électoral, de renoncer à enclencher une procédure de révocation en acceptant leur retour», a déclaré Émile  Ébrottié dans cette communication. Il a ajouté que dans un souci de transparence et afin d’assurer les électeurs et les candidats, la CEI a décidé de donner à MM. Dogou et Yapo, un avertissement et de leur retirer leurs zones de supervision électorale pour l’élection des députés du 6 mars 2021.

Par ailleurs, l’institution électorale ivoirienne a également décidé de retirer la présidence de la sous-commission sécurité, informatique et logistique au vice-président Alain Dogou et se réserve le droit d’analyser la situation, après l’élection des députés du 6 mars prochain. «La CEI voudrait profiter de l’épilogue de cette malheureuse affaire pour rappeler à tous que les commissaires centraux comme commissaires locaux, le caractère impératif du serment », a-t-il rappelé.

Alain Dogou et Yapo Yapi représentant respectivement au sein de l’organe électoral, l’Alliance des forces démocratiques ( AFD) et la Ligue des mouvements pour le progrès (LMP) ont suspendu leur participation aux activités de la CEI depuis le 30 septembre dernier en raison de divergences autour de cette institution. C’est le 4 janvier dernier, rappelle-t-on, soit deux mois après l’élection du président de la République du 31 octobre 2020 que MM. Alain Dogou et Yapo Yapi ont adressé un courrier au président de la CEI pour l’informer de leur intention de reprendre leurs activités au sein de la Commission centrale de cette institution. La CEI vient donc d’accéder à leur demande, assortie cependant d’une sanction. Telle est la décision annoncée par la CEI.

Pastore

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
26 − 10 =