0

Côte d’Ivoire : Amalgame sur le nom Dioula

Le mot « Dioula » souffre depuis belle lurette d’un sérieux principe de définition explicative. Ce défaut définitionnel est un problème pour les utilisateurs de la langue. Et justement, la Côte d’Ivoire est victime de ce problème.

Dioula ou encore Djula ou bien d’autres orthographes est, à l’origine, une appellation donnée au peuple Malinké mercantile. Comme raconte la légende, les commerçants Arabo-Berbères musulmans venus d’Afrique du nord et de l’Orient par les voies trans-sahariennes étaient en contact avec ces nobles mandés. C’est ainsi que naquit parmi les membres de la noblesse une élite de commerçants, islamisés par les commerçants arabo-berbères. Ces commerçants mandés portaient le nom de Dioulas, qui signifie en malinké « commerçants ». Ils servaient d’intermédiaires entre les populations africaines et les commerçants arabo-berbères. Ainsi, le Dioula est une langue commerciale du peuple manding, le Mali.

Mais, bien avant la division des peuples africains par les colons, les malinkés se retrouvaient un peu partout, comme en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso…

Aujourd’hui, on peut toujours les retrouver massivement dans ces zones. Maintenant, d’où provient le quiproquo ?

Quiproquo entre Dioula, ethnie et islam

Le Dioula n’est pas une ethnie, c’est une langue d’échange à dessein commercial. Mais la plupart des personnes confond ces deux notions. Une ethnie ou un groupe ethnique est une population humaine qui considère avoir en commun une ascendance, une histoire (historique, mythologique), une culture, une langue ou un dialecte, un mode de vie ; bien souvent plusieurs de ces éléments à la fois. Or une langue (le Dioula) est un système évolutif de signes linguistiques, vocaux, graphiques ou gestuels, qui permet la communication entre les individus. On peut donc parler le Dioula et être du même groupe ethnique. Aussi, on peut être du même groupe ethnique et certains ne vont pas comprendre le Dioula. Cette langue a donc la même valeur que le Français.

Par ailleurs, c’est vrai que les Dioulas (mandé) ont été islamisés. Mais cela ne signifie pas que parler le Dioula est être musulman. En fait, aucune religion ne se limite qu’à la connaissance de la même langue. C’est dire qu’il y a des musulmans qui ne comprennent pas le Dioulas, tout comme il existe des Dioulas fréquentant d’autres religions. C’est par conséquent une erreur que de résumer tous les musulmans aux Dioulas, même si les musulmans sont majoritairement Dioulas.

Somme toute, voici donc le mélange fait sur le mot Dioula par plus d’un. Avec donc cette clarification, sûrement des préjugés sur le mot vont changer.

Utchiwa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Résoudre : *
26 × 23 =